?

Log in

No account? Create an account
 
 
29 janvier 2013 @ 11:57
Outre mesure  
Un des grands mensonges de notre époque est de nous faire croire qu'on peut à la fois être excessifs et économes, vivre une existence sous le signe de l'exaltation, mais se ménager constamment. Les gens ne savent même pas reconnaître l'excès lorsqu'ils rencontrent une vraie excessive comme moi, tant ils espèrent être autre chose que ce qu'ils sont, c'est-à-dire raisonnables, ne dépensant que pour des choses utiles ou octroyant un statut social, comme un beau char, une belle cabane.

Je jasais hier avec un ami.

Moi : Ah merde, l'argent me brûle des mains! C'est ridicule, là je suis crissement fauchée. Et regarde tous les livres que je viens d'acheter! (Je ployais sous le poids de mes sacs, remplis à ras-bord.)
Lui : Je te comprends tellement, Al! Moi aussi, je n'arrive pas à me contrôler quand j'entre dans une librairie.
Moi : Je peux pas croire. T'es tellement raisonnable.
Lui : Écoute, l'autre jour, je me suis acheté cinq livres sur un coup de tête!
Moi : Tu me niaises-tu?! Cinq livres?! Moi, j'en achète trente d'un coup.
Lui : ...
Moi : Oui, trente!
Lui : Ça m'est arrivé aussi une fois...
Moi : Non, non, tu ne comprends pas. Une fois, une fois, moi, c'est tout le temps!!! L'argent me brûle des mains, pour vrai! Aussitôt qu'il y a 50$ de disponible sur ma carte de crédit, je me demande quels livres je pourrais me commander sur Amazon! Les règlements contre l'endettement sont rédigées expressément contre des filles comme moi...

Mon ami m'a regardé d'un air mi-affectueux, mi-consterné et est parti.

Criss, qu'on ne m'enlève pas la seule chose que j'ai!  Peut-être que je me demande souvent comment payer mon épicerie tout en n'hésitant jamais à dépenser des centaines de dollars en livre, mais je connais les excès pour vrai!  

 
 
 
(anonyme) on le 29 janvier 2013 17:26 (UTC)
La démesure intellectuelle
Impossible d'être rassasié avec ça! Étant un gros fan d'excès, je m'attendais à de la vraie démesure et non pas à des emplettes compulsives de petite intellectuelle, fussent-elles à crédit. Ô misère! Quand on pense à l'extrême, l'image d'une lectrice compulsive présuppose aujourd'hui celle d'une société libérale bien dodue en background et là, d'un coup, je débande. C'est tellement équilibré de s'endetter, qu'importe si c'est pour lire à outrance. Comme si la consommation de la culture pouvait se prévaloir d'un statut particulier. Je suis persuadé que votre ami cache un vice d'une ampleur incommensurable s'il a réagit de cette manière et c'est là que j'explorerais si je voulais trouver quelque chose, n'étant, je vous le rappelle, pas rassasié pantoute.
Albertine Bouquetdesir_obscur on le 29 janvier 2013 18:55 (UTC)
Re: La démesure intellectuelle
J'accepte votre critique. Vous pointez très bien les écueils de mon texte. Sans doute n'ai-je écrit comme vous le dites qu'une petite fable bourgeoise inoffensive sur la démesure!

Sachez toutefois que la consommation de la culture ne m'intéresse pas du tout! Je ne voulais surtout pas lui donner un statut particulier, ni la rendre plus importante qu'elle ne doit l'être. La vraie démesure s'inscrit dans toutes les sphères de la vie et la consommation n'est ici qu'une image bien imparfaite d'autres excès moins tolérés encore (excès émotionnel, excès sexuel...) dont j'ai souvent parlé dans ce blogue et dont je parlerai encore.
jsys on le 30 janvier 2013 11:24 (UTC)
Arrêtez tous! J'ai l'explication: Amazon is evil ;p